Lettre d'un instituteur de Condat sur Vienne (87) à son inspecteur

Gilles Lehmann

Adjoint élémentaire

Ecole Jean-Rostand

87 920 Condat-sur-Vienne

 

 

                                               à Monsieur l’inspecteur de l’Éducation nationale,

   circonscription de Limoges VI

 

 

Objet : évaluations nationales des acquis des élèves en CM2

 

 

 Monsieur l’inspecteur, 

 

Après avoir pris connaissance du livret d’évaluation nationale des acquis des élèves en CM2, j’ai décidé en conscience de ne pas faire passer ces évaluations dans ma classe.

 

Les raisons de mon opposition à ce dispositif sont multiples.

 

En premier lieu, mes élèves sont déjà évalués régulièrement au cours de l’année, en liaison avec les activités conduites en classe.

 

Deuxièmement, je suis inquiet quant à l’utilisation des résultats de cette évaluation nationale. Nul ne sait encore si elle ne générera pas une mise en concurrence des écoles.

 

Enfin, je n’ai pas pour habitude de proposer à mes élèves des exercices d’évaluation sur des notions que je n’ai pas travaillées avec eux. Je sais combien le corps d’inspection veille à ce que les maîtres fassent preuve d’honnêteté intellectuelle envers leurs élèves, principe auquel j’adhère pleinement. Une évaluation qui couvre l’ensemble des acquis du CM2 n’a de sens qu’à la fin de l’année scolaire ou à l’entrée en sixième.

 

Si les livrets déposés dans ma classe peuvent être utiles à l’amélioration de mes pratiques professionnelles et au bon suivi de mes élèves dans le premier cycle de l’enseignement secondaire, je les utiliserai dans ce cadre au mois de juin, mais certainement pas à un moment de l’année où la classe, avec un horaire hebdomadaire amputé de deux heures, n’a d’autre besoin que de travailler dans la durée, la confiance et la sérénité. Je ne vois pas ce qui pourrait me contraindre à mettre en situation d’échec nombre d’élèves qui ont droit à plus qu’une demi-année de CM2 pour apprendre et former leur intelligence dans l’esprit de la devise de notre République. Quel exemple serais-je pour eux si je n’obéissais pas aux raisons que je viens de mettre en avant, préférant rester dans le rang pour ma tranquillité et le gain de quelques euros ?

 

En comptant sur votre compréhension et votre soutien, je vous prie, Monsieur l’inspecteur, d’accepter le témoignage de ma considération.

 

Gilles Lehmann

 



02/02/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1567 autres membres