Des IEN prennent position et interpellent le ministre

Lettre du Syndicat National des Personnels d'Inspection au Ministre de l'Education Nationale et aux parlementaires en date du 3 décembre 2008


MOTION des IEN du Val d'Oise


Jeudi 20 novembre 2008

Les inspecteurs de l'Education nationale du Val d'Oise tiennent à affirmer
leur soutien à la journée d'action du 20 novembre 2008 et regrettent que
l'annonce successive de réformes remplace la claire énonciation d'un plan
cohérent pour la réussite de tous et promoteur des valeurs de la République.
En effet, les suppressions de postes annoncées semblent s'inscrire davantage
dans une logique comptable que dans une claire dynamique d'amélioration du
service public d'Education.

Ce qui est présenté comme une sédentarisation des Rased aboutit de fait à
une suppression de leurs missions.
 
Pilotés par les IEN, ces personnels spécialisés participent de façon spécifique à la lutte contre la grande difficulté scolaire. Leur expertise est reconnue dans l'analyse fine des difficultés des élèves et l'élaboration de projets adaptés. L'aide personnalisée menée par les enseignants dans le cadre de la nouvelle organisation scolaire, si elle peut constituer une réponse pertinente à la diversité des besoins des élèves, ne saurait se substituer aux aides spécialisées conduites par les maîtres E et G.

En conséquence, les IEN demandent l'ajournement des mesures prévues et
l'ouverture d¹une véritable réflexion concernant les conditions de la réussite scolaire pour tous.

Au-delà de la suppression des Rased, la compréhension globale de la politique éducative est actuellement problématique : mise en place des EPEP, suppression des IUFM et de la formation initiale, interrogations sur la formation continue, devenir de la scolarisation des enfants de deux ans, évolution du système de remplacements, perspectives pour l'éducation prioritaire,  l'absence de lisibilité globale génère une légitime inquiétude chez les enseignants, inquiétude qui compromet la sérénité nécessaire à la qualité des apprentissages.

En outre, la multiplication des indemnités et des primes alimente une
logique de division des personnels incompatible avec le travail d¹équipe
dont l'école a impérieusement besoin pour assurer la cohérence des parcours
scolaires.

Notre loyauté reste intacte : c'est pourquoi nous ne pouvons ni ne voulons
taire nos inquiétudes.

Les IEN du Val d'Oise (syndiqués au SNPI-FSU, au SIEN-UNSA, au SGEN-CFDT, non syndiqués)


Motion des inspecteurs du Nord, adhérents au SI-EN


Mercredi 19 novembre 2008


Les Inspecteurs du Nord, adhérents au SI EN, s'inquiètent des mesures annoncées de suppression de 3000 postes de RASED, cela devrait se traduire par la suppression de plus de 140 postes dans le Nord.

Cette suppression s'inscrit nettement plus dans une logique comptable de récupération de postes que dans une claire dynamique d'amélioration du service public d'Education.

Pilotés par les IEN, les membres des RASED participent activement à la lutte contre la difficulté scolaire. Leur expertise est reconnue dans l'analyse fine des difficultés des élèves et l'élaboration de projets adaptés. Leur complémentarité avec les maîtres des classes est reconnue. Les élèves seront les premiers pénalisés par cette mesure.

Nous souhaitons que la « sédentarisation » annoncée, suppression déguisée, soit ajournée et qu'une véritable réflexion soit menée.

Le SI EN Nord regrette que les diverses annonces abruptes des réformes, en des lieux divers, remplacent la claire énonciation d'un plan cohérent et promoteur des valeurs de la République et de son Service public d'Education.

Quid des EPEP, des circonscriptions, de la Formation continue, de la scolarisation des enfants de deux ans, des remplacements ? Quelle école pour demain ?
Au-delà d'un discours ministériel volontariste qui veut lutter contre la difficulté scolaire, nous assistons davantage à un démantèlement, à une « vente par lots » de notre grande maison.

Les crispations du terrain sont très fortes, les IEN sont parfois des cibles privilégiées et faciles, pour des discours démagogiques ou au service d'intentions moins avouables. Notre loyauté est évidente mais nous ne pouvons ni ne voulons taire nos inquiétudes.

En ce qui concerne le service d'accueil en cas de grève, les IEN souhaitent rester dans l'application du Texte et ne pas être amenés à interroger les maires.
En ce qui concerne l'augmentation de l'indemnité de circonscription, le SI EN demande que les critères utilisés pour sa modulation soient clairement expliqués.



07/12/2008
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1565 autres membres