Tribune Libération : Nous refusons d'obéir !

Tribune parue dans le journal Libération, Jeudi 29 janvier 2009

Aide personnalisée : nous refusons d’obéir !

 

Nous, enseignants de l’école primaire, au nom de l’intérêt supérieur de notre mission qui a vocation à accompagner tous les élèves vers la réussite, disons sereinement, mais fermement à notre ministre : en conscience, nous refusons d’obéir ! La « réforme » de l’école imposée au mépris de tous les acquis des mouvements pédagogiques et dans le seul but de déguiser des milliers de suppressions de postes d’enseignants, consacre le démantèlement du service public d’éducation. Nous refusons de participer, par notre silence complice ou notre collaboration active, à ce démantèlement.

 

Le dispositif de l’aide personnalisée qui est censé lutter contre l’échec scolaire et qui est présenté comme la colonne vertébrale de la réforme est aujourd’hui largement rejeté par les enseignants. Il témoigne en réalité d’un renoncement à une politique ambitieuse pour l’école. Ces deux heures de soutien, facultatives et situées hors temps scolaire, sont inefficaces. D’autant plus inefficaces qu’elles allongent la journée scolaire la plus longue d’Europe. Pour les élèves en grande difficulté, bientôt privés de l’aide des enseignants spécialisés du RASED, ce dispositif est une mascarade.

 

Aujourd’hui, nous n’avons pas d’autre choix que d’obéir à notre conscience de pédagogue et de le combattre en refusant de l’appliquer à la lettre. Tant que ce décret ne sera pas abrogé, nous y désobéirons. D’autres dispositifs pédagogiques qui ont fait leurs preuves peuvent être mis en œuvre pour aider les élèves en difficulté, sans stigmatisation et pendant tout le temps scolaire. C’est malheureusement le manque de formation des enseignants qui empêche leur mise en place et leur généralisation.

 

Une école sous contrôle, axée sur le formatage et la concurrence, est en train de naître : EPEP, nouveaux programmes, évaluations nationales, stages de remise à niveaux, Agence nationale du remplacement, jardins d’éveils, masterisation des nouveaux enseignants, toutes ces mesures déconstruisent les fondements de l’école publique. Or, une véritable réforme de l’école est plus que jamais nécessaire. Elle devra relever le défi pédagogique lié notamment à l’hétérogénéité des classes et la démotivation des élèves, mais aussi à la violence qui ne cesse de monter.

 

Aucune sanction disciplinaire ou financière ne nous dissuadera de poursuivre notre résistance, pas plus d’ailleurs que les semblants de concession affichés ici ou là. Il est temps d’entendre le cri de révolte qui monte des salles de classe. Il est temps d’entendre l’exaspération qui traverse le monde éducatif, y compris chez les parents d’élèves qui, majoritairement, nous soutiennent. Il est temps de stopper le démantèlement de l’école publique.

 


Cet appel est lancé par 150 enseignants désobéisseurs du primaire qui publient aujourd’hui une lettre ouverte à Xavier Darcos pour lui exprimer les raisons de leur refus d’appliquer réglementairement le dispositif de l’aide personnalisée. Lettre et signataires sur le blog Résistance pédagogique pour l’avenir de l’école.



30/01/2009
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1566 autres membres