Pédagogie : Lutter, c’est vivre, par Claire Demel et Joëlle Leau

Cette année, le stage Sud-ouest de L'Institut Coopératif de l'Ecole Moderne –pédagogie Freinet (ICEM), qui s'est tenu à Soueix (près d'Oloron, 64) du 18 au 21 août, a pris une forme particulière. InquietEs des événements politiques de ces derniers temps, les organisatrices et organisateurs ont voulu en faire une rencontre ouverte qui soit un moment de réflexion sur la situation actuelle, sur le thème : Résistances ! Emancipation tendance intersyndicale y a participé.

Résister, comment ? En faisant valoir ses droits ; les droits des enfants, méconnus et pourtant en vigueur depuis l'adoption, le 20 novembre 1989, de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant , qui se place, dans la hiérarchie des normes, au-dessus des lois françaises.

Résister face aux expulsions, pour le droit de circuler d'un pays à l'autre…Et nos pratiques enseignantes là-dedans ? Etudie-t-on la Convention  ? Quel part l'enfant prend-il dans la défense de ses droits ? Comment les fait-on vivre dans nos classes ? Si nous défendons le droit à la liberté de circulation, en toute cohérence, l'enfant doit être libre d'y aller et venir…

Autant de questions que les participantEs se sont posées, à la suite de l'exposé de Jean Le Gal, et interpellés par l'actualité répressive et réactionnaire : politique de l'immigration, lois sur la prévention de la délinquance et le socle commun, circulaire sur la lecture et modifications des programmes avec la remise en cause de la liberté pédagogique, mise en place du fichage des enfants avec Base élèves

Désobéissance
Ces rencontres ont été l'occasion d'analyser les textes, et de réfléchir à l'organisation de notre désobéissance à ceux-ci. L'ICEM est d'ailleurs signataire, avec le Groupe Français d'Education Nouvelle (GFEN) et l'Association Française pour la Lecture (AFL), d'un appel à la non application des récentes directives sur la lecture (2).

A Soueix, la réflexion s'est posée dans le cadre de nos pratiques, perspective caractéristique du mouvement pédagogique : apprend-on à nos élèves à être obéissantEs ?

Et comme la désobéissance n'est pas sans déplaire à la hiérarchie, chargée de l'application des textes, la réactivation d'un groupe de travail sur le refus d'inspection, aujourd'hui individuellement possible, a été évoquée, pour s'organiser collectivement sur cette question.

Dégâts colibéraux
Les tirs groupés du gouvernement s'inscrivent dans une logique à l'échelle européenne et mondiale, comme l'ont illustré des morceaux choisis de textes issus de la Commission européenne, de l'OCDE, de la Banque mondiale, de l'UNESCO… La tendance est à la marchandisation croissante de l'école, comme de tous les services publics, avec une précarisation galopante de la société. Emancipation tendance intersyndicale a animé un atelier sur les emplois précaires, d'une actualité brûlante : l'an passé, 15000 non titulaires ont été licenciés, et des rectorats ont déjà annoncé qu'à la rentrée, deux tiers des non titulaires employés le seront également. Ce fut l'occasion d'expliquer comment la précarité attaque directement les notions même de service public et de statut, et de rappeler que pour nous, la seule issue est l'arrêt immédiat du recrutement des précaires avec le réemploi et la titularisation sans conditions de nationalité, de concours ni de diplôme. Cet atelier a permis de pointer la nécessité d'informer, de créer du lien pour mieux défendre les précaires avec le soutien des parents sans tomber dans le piège de l'affectif. Le refus de participer au recrutement des précaires doit s'imposer. Les luttes menées par les non-titulaires l'an passé ont été rappelées : campement devant le rectorat de Nice, puis durant plus de trois mois à Créteil, et création d'une Coordination Nationale des Précaires de l'Education fin avril (3). De quoi entrer en résistance.

Créations
Ces rencontres auront donc été l'occasion de s'informer et de s'armer davantage avant la rentrée. Les ateliers ont permis de produire des outils utiles à la résistance comme l'écriture d'un argumentaire pour la méthode naturelle de lecture-écriture. Ils nous ont également amenéEs à revisiter des éléments propres à la pédagogie Freinet, comme le conseil coopératif, les promenades mathématiques, l'organisation hebdomadaire de la classe en CP façon Freinet… et toujours les incontournables ateliers de créations, d'une richesse épatante : marionnettes à partir de récupérations,, musiques avec des objets quotidiens de la classe, danse contemporaine, écritures… autant de manières de résister, en maintenant le cap d'une pédagogie émancipatrice.

Claire DEMEL et Joëlle LEAU

(1) Parole extraite du film L'école buissonnière, prononcée par B. Blier dans le rôle d'un personnage incarnant C. Freinet. Réédité en coffret DVD, et si ce n'est déjà fait, à voir absolument toute affaire cessante !

(2) voir L'Emancipation syndicale et pédagogique n°5, janvier 2006, p.35

(3) voir le communiqué de presse publié dans L'Emancipation syndicale et pédagogique n°8, mai 2006, et la pétition produite par le Collectif des non titulaires à diffuser dans les établissements.



18/10/2008
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1566 autres membres