Lettre ouverte de résistance de 76 enseignants du RASED (42)

Lettre ouverte de résistance de 76 enseignants du RASED (42) adressée au Ministre de l'Education Nationale

 

      Saint-Etienne, le 8  décembre 2008

  

 

Monsieur le Ministre,

 

Nous, enseignants de RASED, vous écrivons cette lettre aujourd’hui car en conscience nous ne pouvons plus nous taire, nous ne pouvons rester sans réagir face à ce que nous considérons comme le démantèlement des fondements de l’Ecole Publique de notre pays.

 

          Dans votre réponse du 26 /11/08 à la question d’un député de la Charente  vous stipulez que «  les élèves rencontrant des difficultés reçoivent l’aide nécessaire pour les surmonter » dans le cadre de l’aide personnalisée. Cette mesure peut s’avérer appropriée pour certains élèves ayant des difficultés passagères et ponctuelles mais c’est une réponse insuffisante voire inadaptée pour ceux qui ont des difficultés persistantes et résistantes à la différenciation pédagogique mise en place par les enseignants

des classes ordinaires.

 

Dans les classes, les collègues apprécient à la fois le travail en petits groupes de l’aide personnalisée, mais formulent aussi leur impuissance à faire évoluer les élèves résistants.

De plus, cette aide personnalisée :

 

- alourdit le temps de présence des élèves les plus fragiles sans tenir compte de leur rythme biologique.

- stigmatise à outrance certains élèves, renforçant encore leurs difficultés.

- entrave la communication éducative entre parents, enseignants et membres du RASED.

- ne peut pas s'adresser à certains élèves trop rétifs à l’école, pour lesquels rajouter un peu plus de scolaire ne ferait que rigidifier le blocage. 

 

Ces constats viennent confirmer la réelle nécessité de professionnels formés au traitement de la difficulté grave et persistante. Or, depuis la mise en place du soutien hebdomadaire, la confusion a été entretenue entre aide spécialisée et aide personnalisée, et le discrédit a été porté sur les interventions des maîtres spécialisés, sans qu’aucune évaluation qualitative sérieuse du dispositif RASED n’ait été conduite.

 

Les spécificités des différents membres du RASED ne sont plus reconnues aujourd’hui par votre ministère. Vous proposez d’ailleurs, dès cette année à 3000 d’entre nous de redevenir des enseignants traditionnels sans pouvoir mettre en œuvre la spécialité pour laquelle nous sommes formés. Cette « sédentarisation » serait alors synonyme de « dé-spécialisation ».

 

            Certains d’entre nous, ciblés par un IEN selon des critères inconnus, devront assurer une tâche irréalisable : être à la fois enseignant au cœur de la classe et enseignant référent pour les enfants en difficulté.

 

Cela ne permettra pas aux élèves de mettre à distance le regard du maître, des camarades, le poids de l’évaluation dans la classe qui les empêche momentanément de dépasser leurs difficultés.

 

Ce travail de mise à distance et d’écart avec la norme scolaire reste nécessaire à la prise en compte de la difficulté persistante : c’est le fondement même de l’aide spécialisée.

 

De plus, nous ne pourrions pas assurer nos missions d’enseignant spécialisé dans de telles conditions. Nous serions alors confrontés comme les autres enseignants de l’école à la gestion quotidienne de la classe sans avoir les moyens de porter un regard distancié sur les élèves en difficulté et croiser les regards avec d’autres partenaires (CMPP, médecin scolaire, SESSAD, assistantes sociales, familles) Qui assurerait le rôle de médiation entre les différents partenaires ?

 

Nous nous permettons de vous rappeler les finalités du RASED , B.O n°19 du 9 mai 2002 :”Le dispositif d’aides spécialisées, contribue à assurer, avec les équipes pédagogiques, d’une part, la prévention des difficultés préjudiciables à la progression dans le cursus scolaire ou à une bonne insertion dans la vie collective et, d’autre part, la remédiation quand les difficultés s’avèrent durables et se traduisent  par des écarts d’acquisition attendues ou par un défaut durable d’adaptation à l’école et à son fonctionnement particulier”.

 

Nous considérons que le dispositif d’aides personnalisées pour les élèves en difficulté n’est qu’un prétexte budgétaire pour supprimer les RASED.

 

Par qui ces élèves à besoins particuliers adressés précédemment aux RASED seront-ils alors pris en charge ? Certaines familles feront certes la démarche de s’adresser à l’extérieur de l’école, aux orthophonistes, aux CAMPS et CMPP, mais ces professionnels sont déjà débordés, et les délais de prise en charge seront encore allongés. D’autres familles acceptent de travailler avec le RASED parce que c’est un dispositif interne à l’école, mais ne feront jamais la démarche de consulter d’autres organismes. Nombre d’enfants se retrouveront sans aide, laissés pour compte.

 

L’objet de notre lettre est de vous informer que nous ne serons ni acteurs ni complices de ce processus. Si aujourd’hui, nous décidons d’entrer en résistance, c’est par nécessité. Pour servir la cause de l’intérêt public, les membres du RASED signataires s’engagent devant vous :

 

-          à ne pas leurrer les familles, qu’ils rencontrent lors de leurs différentes prises en charge et à les informer sur les lourdes conséquences de la disparition des membres du RASED pour leurs enfants.

 

-          à ne pas laisser croire que les nouveaux dispositifs proposés (aide personnalisée et stages de remise à niveau) permettront de traiter la grande difficulté et réduiront ainsi l’échec scolaire. C’est parce que les membres du RASED côtoient quotidiennement la difficulté scolaire qu’ils sont à même de déclarer ces dispositifs inadaptés. C’est pourquoi, nous demandons le gel de l’aide personnalisée et suggérons que de nouveaux dispositifs réfléchis et élaborés avec les enseignants puissent répondre de manière cohérente aux besoins de nos élèves.

 

-          à ne pas cautionner la création des jardins d’éveil payants car comme le souligne Philippe MEIRIEU « ce sont des systèmes de garde aux ambitions éducatives bien moins grandes » entraînant à termes la disparition de l’école maternelle dont « les modèles pédagogiques sont solidement ancrés dans une tradition et étayés par la recherche » ayant pour « obsession de rétablir, par l’Ecole, un peu de justice sociale. » La scolarisation tardive de certains élèves issus des catégories socio professionnelles les plus précaires augmentera inévitablement l’échec scolaire, il en résultera un nombre plus élevé d’enfants en difficulté à gérer dans les classes. L’enseignant sera alors bien démuni et portera seul la lourde responsabilité du traitement de la difficulté.

 

-          à ne pas postuler sur les postes fléchés, (enseignant spécialisé référent des enfants en difficulté au sein de l’école). Il nous apparaît en effet que cette mesure est totalement irréalisable et scandaleusement trompeuse tant pour les parents dont les enfants sont actuellement suivis par un des membres du RASED que pour ceux qui pourraient en avoir besoin demain.

 

 

Les enseignants qui ont choisi un jour de se spécialiser l’ont fait pour combattre au plus près et de manière différente la difficulté scolaire en s’engageant auprès de ces élèves qui la vivent quotidiennement. C’est pourquoi, nous vous demandons Monsieur le Ministre, de renoncer à la sédentarisation des enseignants spécialisés. Nous demandons de surcroît la création de plusieurs milliers de postes RASED afin de ne pas laisser dire que  nos actions sont dispersées et inefficaces quand dans les faits les RASED sont le plus souvent incomplets et en nombre insuffisant.

 

            Les enseignants des RASED restent attachés aux valeurs de l’école Républicaine, Laïque et Gratuite et continueront à promouvoir cette école de la réussite pour tous.

 

            Nous vous assurons, Monsieur le Ministre de nos sentiments déterminés et respectueux.

 

Bernard VOLLOT RASED Charlieu Poste E

Valérie HEURTIER RASED St Bonnet le Château Poste E

Reine GARCIA, RASED Molina, St Etienne, poste G

Sandra LAVASTRE RASED le Chambon Feugerolles Poste E

Denise PUCEAT RASED Firminy, Poste G

Jean-Paul MIALON RASED Le Chambon Feugerolles Poste E

Dominique BONNET, RASED de Rive de Gier, Poste G

Corinne RIMBERT RASED Saint Etienne poste E

Isabelle VOIRIN RASED St Etienne poste E

Christel PELISSIER, RASED St Bonnet le Château, poste G

Dany BERGER Deguin RASED Sury le Comtal poste E

Annie BERTRAND RASED Lamartine Saint-Chamond Poste E

Françoise ROUSSET Chauzal, , RASED La Rivière, St Etienne, poste G

Anne-Catherine MANGIN RASED Lamartine Saint-Chamond Poste E

Marie-Andrée VEY RASED Roche-la-Molière poste E

Régine MONDON, RASED St Chamond, poste G

Sylvie LEVEQUE RASED Rive de Gier poste E

Blandine EL MENDER RASED La Talaudière poste E

Corinne PARET, RASED Sury le Comtal Poste G

Michel DUPLAY, RASED Rive de Gier poste E

Sylvie PEYRAGROSSE, RASED Roanne  Poste E

Marielle MAHIEUX, RASED Forez Nord, Poste G

Evelyne CORROY RASED St-Etienne Montreynaud Poste E

Pascal BORDE RASED Firminy Poste E

Isabelle COSTE, RASED  St Etienne Monteynaud, poste G

Pascale GRANDE RASED St-Etienne Montreynaud Poste E

Michèle DECELLE, RASED Feurs, poste G

Vincent TRIOLLIER RASED Le Coteau Poste E

Michèle BARRIER, RASED Le Chambon Feugerolles, poste G

Thierry GROS  RASED Roanne Poste E

Jocelyne. BONHOMME, RASED Montchovet, St Etienne, Poste E

Sophie PONCET, RASED Rive de Gier Charles Perrault, poste G

Monique AUGIAT ,RASED Côte Chaude, St Etienne, Poste E

Marie Cécile ORIOL VAUDABLE RASED Chazelles sur Lyon, Poste E

Josette GROS, RASED poste G

Elisabeth SALQUE, RASED Saint Etienne poste E

Brigitte JANUEL, RASED Andrézieux poste E

Jean – Louis  ROG, RASED Fuyant Roanne, poste G

Nicole  SORDET RASED  St ETIENNE Poste E

Anne-Marie CONTESSA RASED St Etienne Poste E

Bénédicte SENA, Chambon Feugerolles, Fraisses, poste G

Bernard VIRICELLE RASED  Andrézieux poste E

Viviane TRILLAT Chavanay  RASED Poste E

Muriel SERGI, RASED d’Andrézieux, antenne St Just, poste G

Jean paul LACHAL Pélussin RASED Poste E

Dominique TUZET St-Etienne Montreynaud Poste E

Danièle DAYET, RASED Forez Nord, poste G

Pascal ROSET Villars Poste E

Gilles HAPETIAN St-Etienne Montreynaud Poste E

Isabelle MOUNARD La Ricamarie, RASED poste E

Agnès JACQUIER St Etienne Ovides Poste E

Sandra BESSON Andrézieux RASED Poste E

Simon CICCOLI Andrézieux RASED Poste E

Sylviane ALCARAZ, RASED de Boën sur Lignon,poste G

C. BALLANSAT, RASED Roanne Est, poste E

Jacques BRUN, RASED La Ricamarie, Unieux, poste G

Francoise CLEMENT, Forez Nord, poste E

Jean-Luc MOSNIER, RASED Mayollet, Roanne poste G

Guy FARJAS, RASED Mayollet, Roanne poste E

Martine PAYRE, retraitée, RASED Feurs, poste G

Doris  DEMOND, RASED Roanne, poste G

Françoise DUMAS –FOREST, RASED Le Coteau

Hervé JANUEL, formation capa-sh E, RASED de St Just St Rambert

Odile HAUDECOEUR, formation capa-s E, RASED  de Bourg Argental

Myriam GIRARDEAU, formation capa-sh E, RASED du Soleil, St Etienne

Marie- Laure MOUNIER, formation capa-sh E, RASED de Montbrison

Véronique CAPPELO, formation capa-sh E , RASED Fonsala St Chamond

Françoise TEYSSIER, formation capa-sh E, RASED d’Unieux

Pierre MARCHAND, formation capa-sh E, RASED de Montchovet, St Etienne

 

 

Avec le soutien des psychologues scolaires de la Loire :

 

Maryse DIDIER, RASED de Montchovet, St Etienne

Martine NEDELEC, RASED Molina, St Etienne

Anne- Marie BRUN, RASED Andrézieux, antenne St Just

Carole SERODON, RASED La Ricamarie / Unieux

Thierry DUCREUX, RASED Le Coteau

Jean-François  MANEVAL,RASED St Romain le Puy

Jocelyne LEOTAUD, RASED Les Ovides, ST Etienne

 



18/12/2008
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1565 autres membres