Lettre d'un instituteur de St Christol les Alès (30) à son inspecteur

Emmanuel BOUR                      Saint Christol les Alès, le 20 mars 2009

Enseignant

Ecole publique Marignac 

30360  Saint Christol les Alès

 

à   Monsieur l’Inspecteur d’académie du Gard
                  s/c. de Madame l’Inspectrice de l'Éducation nationale d’Alès 1

 

                                   Monsieur l’Inspecteur,

Je vous écris cette lettre car aujourd’hui, en conscience, je ne puis plus me taire ! En conscience, je refuse d’obéir !

 

Le démantèlement des fondements de l’Education Nationale est un processus que je ne peux accepter sans réagir.

 

L’objet de ma lettre est de vous informer que je ne participerai pas à ce démantèlement. En conscience, je refuse de me prêter par ma collaboration active ou mon silence complice à la déconstruction du système éducatif de notre pays.

 

C’est pourquoi j’ai décidé, en toute responsabilité, de :

 

- Ne pas appliquer les programmes de 2008 réalisés sans aucune concertation, ne prenant pas en compte les stades de développement de l’enfant et présentant des aspects terriblement rétrogrades. Je continuerai à mettre en œuvre les programmes de 2002.

Je m'engage  à favoriser la construction de la pensée et à développer des apprentissages qui ne sont pas basés sur des automatismes.

 

- Ne pas me déclarer gréviste 48h à l'avance auprès de ma hiérarchie et de ne pas favoriser l'organisation du SMA car il s'agit là, comme j’ai pu le constater personnellement, d'une atteinte à mon droit de grève. Je continuerai à informer à l'avance, comme je l’ai toujours fait, les parents de mes élèves.

 

- Ne participer en aucune manière au fichage de mes élèves à travers le dispositif Base-élèves. Ce dispositif est une atteinte fondamentale aux libertés individuelles et une remise en cause grave du secret partagé.

 

- Ne pas participer aux stages de remise à niveau pendant les vacances et ne pas communiquer de listes d’élèves pour ces stages. En effet, je ne peux accepter que l’on fasse faire aux enfants pendant les vacances ce que nous n'avons plus le temps de faire en classe du fait de la perte de deux heures par semaine. De plus, ce dispositif, tout comme celui de l’aide personnalisée, constitue un prétexte démagogique pour supprimer les postes d’enseignants spécialisés des RASED. Afin de ne pas nuire au fonctionnement de mon école, je continuerai à assurer, pour cette année, le dispositif d’aide personnalisée mais je continuerai à en dénoncer les finalités auprès de mes collègues et des parents d’élèves.

 

Je fais ce choix en pleine connaissance des risques que je prends, mais surtout dans l’espérance de construire une école du respect, de la coopération, de la solidarité et de la réussite pour tous.

 

Vous comprendrez, Monsieur l'Inspecteur d'Académie, que cette prise de position n'est pas dirigée contre vous. J'espère qu'étant reprise par le plus grand nombre de collègues possible, elle vous persuadera de la gravité de la situation telle que nous la percevons et que vous pourrez d'une manière ou d'une autre témoigner en notre faveur de cette résistance auprès de M. le Ministre.

 

Je vous prie de recevoir, Monsieur l’Inspecteur, l’assurance de mes sentiments déterminés et respectueux.

 



29/03/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1565 autres membres