En conscience, ils refusent d'obéir, par Jean-Marie Muller

A propos du mouvement de désobéissance civile des professeurs d'école

En conscience, ils refusent d'obéir

Jean-Marie Muller, écrivain

Article paru dans la revue Alternatives Non-Violentes, n° 150,
mars 2009

 

Le 6 novembre 2008, Alain Refalo, Professeur des écoles à Colomiers (Haute-Garonne) en charge d'une classe de CM1, adresse une lettre à l'Inspecteur de l'Éducation nationale de sa circonscription. « Aujourd'hui, lui écrit-il, en conscience, je ne puis plus me taire ! En conscience, je refuse d'obéir. » Á eux seuls, ces trois mots : « Je refuse d'obéir » vont avoir en France un formidable retentissement. Alain Refalo publie sa lettre sur le blog Résistance pédagogique pour l'avenir de l'école qu'il a créé le 19 octobre. Dans les jours qui suivent, de nombreux blogs et sites publient également la lettre et ce sont plusieurs dizaines de milliers d'internautes qui en prennent connaissance. Dans sa lettre, Alain Refalo exprime clairement son refus d'être complice, par sa collaboration ou son silence, de la politique mise en œuvre par Xavier Darcos, le ministre de l'Éducation nationale, qui, selon lui, conduit à un véritable démantèlement des fondements de l'Éducation nationale.

Parmi les réformes que le ministre veut imposer, Alain Refalo conteste tout particulièrement le dispositif qui prévoit que, deux heures par semaine en dehors du temps scolaire obligatoire, les enseignants prendront à part les élèves en difficulté pour leur apporter une « aide personnalisée ». Il estime que les difficultés que rencontrent certains enfants ne peuvent être traitées avec efficacité qu'avec l'ensemble du groupe-classe et non dans des groupes séparés. En conséquence, il informe son inspecteur qu'il n'appliquera pas ce dispositif qui casse l'unité du groupe-classe en stigmatisant ceux qui sont montrés du doigt comme de « mauvais élèves ». « Ces deux heures seront mises à profit pour mener à bien un projet théâtre avec tous les élèves de la classe, répartis en demi-groupe, ceci avec l'accord des parents. » Pour conclure, Alain Refalo affirme que c'est pour lui une nécessité de décider d'entrer en résistance et de s'engager dans la désobéissance : « Je fais ce choix en pleine connaissance des risques que je prends, mais surtout dans l'espérance que cette résistance portera ses fruits. J'espère que collectivement (c'est moi qui souligne), nous empêcherons la mise en œuvre de ces prétendues réformes. »

Au commencement, une démarche individuelle

Alain Refalo a pris seul sa décision de désobéir, sans aucune  concertation avec d'autres enseignants. Dans un premier temps, il s'agit d'une démarche individuelle. En toute rigueur, il convient donc, à ce moment, de parler d'un acte d'objection de conscience et non pas de désobéissance civile, celle-ci étant définie comme une action collective. Probablement ne pouvait-il pas en être autrement. Prendre le risque de la désobéissance exige une longue réflexion, pareille décision demande une longue maturation. Désobéir est un acte difficile. Il est de nature à générer une grande insécurité chez le désobéisseur. Il est un risque, une rupture. Il faut avoir intériorisé cette rupture. Alain Refalo réfléchit depuis de longues années sur la non-violence et tout particulièrement sur la désobéissance. Il a derrière lui une longue vie de militance non-violente. Il lui aurait été certainement difficile de créer un « collectif de désobéisseurs ». Qui aurait été prêt à le rejoindre ? Dans combien de  temps ? Il faut bien reconnaître qu'en France la désobéissance civile est étrangère à notre culture politique. Cependant, dès le départ, son objectif était de s'inscrire dans une démarche collective. Mais précisément, pour cela, il fallait qu'il fasse le premier pas et, par principe, on est toujours seul pour faire le premier pas… En faisant retentir le mot « désobéir », il a créé l'événement. Ce petit mot que personne n'attendait a étonné et fonctionné comme un déclic chez beaucoup d'enseignants qui se sont reconnus dans sa démarche.

Le 10 novembre, Alain Refalo est convoqué par l'inspecteur de sa circonscription qui lui demande s'il confirme le contenu de sa lettre, ce qu'il fait point par point. Le 13 novembre, l'inspecteur d'Académie, Jean-Louis Baglan, intervient au journal télévisé de France 3 et dans le quotidien régional La Dépêche du Midi. Il déclare « avoir pris acte du fait qu'un fonctionnaire refuse de mettre en œuvre les mesures voulues par le ministre de la Nation » et avoir entamé « une procédure administrative ». Il « remarque que ceux qui vont être pénalisés, ce sont les élèves qui ne suivent pas les nouveaux programmes voulus par la Nation ». Le raisonnement de M. l'inspecteur est d'une banalité toute… académique : un fonctionnaire est fait pour fonctionner quand bien même c'est l'État qui dysfonctionne. Il ne lui appartient pas de contester les décisions prises par « la Nation ». Mais suffit-il que les décisions soient prises par un ministre pour qu'elles soient réellement voulues par la Nation ? Certes le ministre a été nommé par le Président de la République qui lui-même a été élu par une majorité de Français. Mais chacun sait que les majorités sont comme les éléphants : elles se trompent énormément… Et plutôt que de se préparer à prendre des mesures de répression, l'inspecteur d'Académie ferait certainement mieux son métier en se mettant à l'écoute des enseignants qui, autant que le ministre, représentent la Nation…

Le lendemain Alain Refalo publie un communiqué dans lequel il se dit blessé par les propos de l'inspecteur d'Académie. « Mon objection de conscience, précise-t-il se situe sur le terrain pédagogique. Il faut rappeler que la mise en place du dispositif de l'aide personnalisée de deux heures par semaine n'a pas d'autre but que de justifier la suppression des RASED (Réseau d'Aide Spécialisée aux Enfants en Difficulté). Les réformes qui nous ont été imposées sont habillées de bonnes intentions, mais en  réalité elles ne sont qu'un prétexte pour justifier les restrictions budgétaires. » Selon Le Canard Enchaîné du 22 octobre 2008, en effet, Xavier Darcos aurait confié à ses proches : « La plupart des mesures que je prends servent surtout d'habillage aux suppressions de postes. » Ces propos n'ont jamais été démentis. Au  demeurant, les parents des élèves de la classe d'Alain Refalo écriront eux-mêmes à l'inspecteur d'Académie pour lui signifier qu'ils apportent « un soutien ferme et entier » à l'instituteur de leurs enfants auquel ils font « pleinement confiance. L'avis des parents des élèves est non seulement important, mais il est littéralement décisif car aucun élève ne peut recevoir une « aide personnalisée » hors temps scolaire sans une autorisation écrite de ses parents. Si, pour l'organisation de cet enseignement facultatif,  rien ne peut être fait sans leur accord, cela signifie corollairement que tout peut être fait avec leur accord. Il est donc raisonnable de plaider que le dispositif mis en place par Alain Refalo est conforme aux dispositions du décret.

Fait assez exceptionnel, les syndicats, qui sont généralement très réservés à l'égard de toute démarche individuelle et qui n'ont jamais encouragé des actes de désobéissance, ont pris une position commune pour soutenir sans réserve Alain Refalo. « Nous considérons, affirment-ils, que la prise de position d'Alain Refalo ne doit pas être considérée comme un acte isolé mais bien comme l'expression de ce que nous subissons et ressentons au quotidien. Sa lettre entre profondément en résonance avec l'état d'esprit actuel de la profession. » Ils lanceront une pétition de soutien qui sera signée par plus de 10 000 personnes.

Le 3 décembre, douze enseignants qui ont également publié une lettre individuelle de désobéissance décident de se fédérer en réseau par l'intermédiaire du blog Résistance pédagogique pour l'avenir de l'école. Ils lancent alors un Appel des enseignants en résistance qui constitue la plate-forme identitaire de ce qui devient bel et bien un mouvement de désobéissance civile. « Il convient, affirment-ils, de passer de quelques refus individuels et isolés à une action de résistance pédagogique collective et revendiquée afin de structurer une contestation durable. C'est de l'ampleur de cette résistance et de  sa médiatisation que  dépendra la possibilité de créer un rapport de force inédit avec le gouvernement. L'affichage de la résistance pédagogique est aussi important que la résistance elle-même car il constitue une force d'information, de mobilisation et de pression.  (…) Notre résistance veut impliquer indissociablement un programme de non-coopération qui s'oppose aux mesures qui nous semblent nocives pour l'avenir de nos écoles et un programme constructif qui propose les solutions qui nous semblent susceptibles de préparer cet avenir. » Ils fixent à leur mouvement « un premier objectif clair, précis, limité et possible, susceptible de mobiliser le plus largement ». S'inspirant directement des principes de la stratégie de l'action non-violente, ils précisent : « Si nous obtenons gain de cause sur cet objectif tactique, la dynamique de l'action nous permettra de définir des objectifs plus ambitieux. Cette prise que nous aurons sur le système agira comme un levier qui le fera bouger et basculer. » Ce premier objectif est d'obtenir l'abrogation du décret de l'aide personnalisée.

Bastien Cazals, premier sanctionné

Le premier désobéisseur sanctionné est Bastien Cazals. Directeur d'école maternelle à Saint Jean de Védas, près de Montpellier, il écrit le 25 novembre une lettre au Président de la République pour lui signifier qu'il « entre en résistance » et que d'un « fonctionnaire dévoué », il se voit contraint de devenir un « fonctionnaire désobéissant ». Il précise notamment qu'il n'effectuera pas l'aide personnalisée auprès des élèves mais qu'il mettra à profit ces 60 heures annuelles pour rencontrer les parents et organiser des projets pédagogiques collectifs. Il veut ainsi « tenter de participer à l'émergence d'une résistance citoyenne et non-violente, porteuse d'un projet de société généreux et ambitieux. » Contre toute attente, il reçoit une réponse du Chef de cabinet du Président de la République qui lui écrit le 28 novembre pour l'assurer que ce dernier « a pris connaissance, avec intérêt, de [ses] réflexions et de [ses] attentes en matière d'éducation. » On ne peut que s'étonner d'une telle réponse qui laisse transparaître une certaine bienveillance. Mais les faits viendront démentir brutalement une telle interprétation. Le 9 décembre, en effet, Bastien Cazals est informé par sa hiérarchie qu'il est sanctionné d'un retrait de cinq jours de salaire en décembre pour n'avoir pas mis en place le dispositif de l'aide personnalisée. Le 12 décembre, la sanction est portée à huit jours de retrait de salaire. Ce qui est devenu « l'affaire Cazals » va jouer un rôle important dans la médiatisation du mouvement des désobéisseurs. Le 17 décembre, 380 lettres de désobéissance sont déposées à l'inspection académique de Montpellier. Le 8 janvier, Bastien Cazals apprend par les syndicats qu'il est sanctionné d'un retrait  de 12 jours de  salaire pour le mois de décembre. Affaire à suivre.

Suite à plusieurs visites dans sa classe de l'inspecteur de sa circonscription, au cours desquelles il a pu constater que les deux heures prévues pour une aide personnalisée étaient consacrées à une activité de théâtre avec l'ensemble des élèves, Alain Refalo est convoqué par le secrétaire général de l'Académie le 21 janvier. Celui-ci l'informe des sanctions qui lui sont infligées : un retrait de salaire de deux journées par semaine à compter du 5 janvier pour « service partiellement non fait » (Huit jours par mois soit près de 500 Euros). Deux journées pour deux heures ! On peut douter que le compte soit bon. Et même qu'il soit légal. Mais l'important n'est pas là. Au contraire, l'important, pour l'efficacité même de l'action de résistance non-violente choisie par Alain Refalo, c'est qu'il soit lourdement sanctionné de telle manière que l'opinion publique soit prise à témoin de l'importance de l'enjeu de ce qui est en jeu… Une sanction légère – un simple blâme… - aurait allégé de manière extrêmement préjudiciable le poids de l'action auprès des médias et donc de l'opinion publique. Il serait de mauvaise méthode de se récrier pour prétendre qu'elle est disproportionnée par rapport au délit. En réalité, il faut apprécier qu'elle soit proportionnée par  rapport à l'importance de l'enjeu de la résistance. Probablement que cette lourde sanction financière voudrait être dissuasive. Elle a toute chance au contraire d'amplifier l'ampleur de la résistance et de renforcer la détermination des résistants. La manœuvre, qui agite une menace portant sur une question  d'argent, est grossière. C'est comme si le pouvoir voulait acheter la conscience des enseignants. Il faut gager qu'ils ne se laisseront pas impressionner.

Placer le pouvoir adverse dans un dilemme

Toute action non-violente est un défi à la répression. Celle-ci s'inscrit dans la logique de l'action. L'action non-violente vise à placer le pouvoir adverse dans un dilemme de telle sorte qu'aucun des choix qui se présentent à lui ne puisse tourner à son avantage : ou bien il laisse agir les résistants, ou bien il décide de recourir à la répression pour leur barrer la route. La première option présente l'inconvénient de laisser le champ libre aux résistants et de leur permettre d'occuper le terrain à leur avantage, mais la seconde a l'inconvénient de mettre le pouvoir dans ses torts aux yeux de l'opinion publique et de permettre au mouvement de fortifier ses positions. La fermeté face à la répression est gage de victoire. La répression perdra d'autant plus sa force qu'elle devra frapper un plus grand nombre de résistants. Á terme, la résistance neutralisera la répression qui deviendra totalement impuissante. C'est pourquoi la levée des sanctions ne doit pas devenir un objectif de la lutte. Elle devient paradoxalement un moyen de la lutte. Aussi bien, il ne s'agit pas de demander la levée des sanctions qui frappent les enseignants désobéisseurs, mais d'exiger l'abrogation des décrets qui justifient la désobéissance. C'est seulement lorsque le mouvement aura obtenu gain de cause que le moment sera venu d'exiger la levée des sanctions.

L'embarras et la riposte du ministre Xavier Darcos

Le 22 janvier, dans une interview au Figaro, à la question de la journaliste qui lui demande comment il juge le comportement de ces plusieurs centaines de maîtres qui refusent d'appliquer le soutien scolaire, Xavier Darcos répond : « On parle beaucoup de la centaine d'enseignants (sic !) qui agissent par pure idéologie et pas assez des 380.000 professeurs des écoles qui font leur travail avec un grand dévouement. Quand un professeur refuse d'aider ses élèves, il rompt la confiance que la Nation place dans l'école. » Force est de reconnaître que le ministre parle la langue de bois avec un art consommé. La comptabilité à l'envers du ministre qui voudrait se prévaloir de tous les enseignants qui n'expriment pas ouvertement leur dissidence est un bien piètre subterfuge qui ne saurait convaincre que les esprits retors. Quant à l'accusation faite aux dissidents d'agir par « pure idéologie » et de refuser d'aider leurs élèves, elle est d'une fieffée bassesse et s'apparente à de la pure calomnie. Pourquoi donc un ministre a-t-il tant de difficulté à faire preuve d'humanité dans l'exercice de son pouvoir ?

Toujours le 22 janvier, à l'occasion d'une conférence de presse, Xavier Darcos « adresse un appel solennel aux organisations syndicales pour qu'elles se désolidarisent de ces enseignants, très peu nombreux d'ailleurs, qui refusent de mettre en place les évaluations en primaire. » Á l'issue de la conférence de presse, il renouvelle sa mise en garde aux syndicats au sujet d'actions aussi syndicalement incorrectes : « Je les appelle solennellement à prendre leurs responsabilités et donc leurs distances sans ambiguïté avec ses pratiques. » Mais si le ministre se croit obligé de s'employer avec tant d'insistance à supplier les syndicats de se désolidariser des désobéisseurs, c'est qu'il a compris qu'ils commençaient à s'en rapprocher d'un peu trop près…

Le même jour, sur TF1, au journal télévisé de 20 heures, Laurence Ferrari présente un dossier sur la résistance des enseignants. Après avoir évoqué la grogne et la désobéissance des professeurs des écoles et précisé qu'à Paris 600 d'entre eux refusaient d'organiser les deux heures de soutien hebdomadaires décidées par le ministre, elle introduit un reportage sur « un instituteur de la banlieue de Toulouse » qui a été puni financièrement. Alain Refalo déclare alors qu'il n'est pas surpris par la sanction qui le frappe. Il ajoute : « Aujourd'hui l'administration est dans un grand désarroi par rapport à l'appel des enseignants qui résistent. » Ensuite, on voit le ministre qui déclare sur un ton exaspéré : « Ce petit nombre de professeurs qui font les malins en se présentant comme des résistants en ne rendant pas service aux élèves, ce n'est pas bien ! Voilà ! » « Ce n'est pas bien ! » C'est exactement le genre d'admonestation que l'instituteur adresse à l'élève qui vient de faire une bêtise… Non, Monsieur le Ministre, vous faites erreur. Les enseignants ne sont pas des enfants désobéissants, mais des citoyens responsables.

Il est remarquable que, dans ces trois déclarations, Xavier Darcos s'emploie à minimiser l'importance du mouvement de protestation qui s'organise dans les écoles. C'est bon signe ! Car on peut être certain que lorsqu'un ministre éprouve le besoin de venir devant les caméras de télévision pour minimiser une contestation, c'est que celle-ci commence à prendre des proportions qui l'inquiètent… Je sais bien, que comparaison n'est pas raison mais, toute de même, Xavier Darcos devrait méditer ce que son prédécesseur, Alain Peyrefitte, déclarait le 3 mai 1968 : « Je ne pense pas qu'il faille attacher plus d'importance que cela n'en vaut la peine à quelques enragés. »… Par ailleurs, le ton railleur et ouvertement méprisant avec lequel le ministre s'efforce de stigmatiser les désobéisseurs en les traitant de « petits malins » exprime clairement l'impossibilité dans laquelle il se trouve d'apporter des réponses crédibles aux questions qu'ils posent.

Soulignons qu'il est déjà acquis que l'un des effets collatéraux majeurs de ce mouvement sera d'avoir permis d'approfondir au sein de l'opinion publique la réflexion sur la désobéissance civile comme composante essentielle d'une culture politique d'une communauté démocratique développée.

Un mouvement de désobéissance qui ne peut que s'amplifier

Les sanctions prises contre Alain Refalo ont considérablement amplifié l'impact du mouvement dans les médias et, donc, dans l'opinion publique. Á l'heure où cet article doit être terminé tout laisse penser que rien, désormais, ne pourra plus entraver son développement. Plusieurs faits récents sont à cet égard significatifs. Le 21 janvier, un représentant syndical de Seine-Saint-Denis précise que ce sont « plus de 2.500 collègues sur les 10.00 instituteurs du département » qui refusent d'appliquer l'aide personnalisée. Ce chiffre est de nature à obliger le ministre à corriger ses évaluations minimalistes. Au 26 janvier, 483 enseignants de Loire-Atlantique ont adressé une lettre de désobéissance à leur inspecteur. Á ce jour, les enseignants désobéisseurs recensés par le réseau qui coordonne le mouvement sont 1937. Mais beaucoup désobéissent sans le faire savoir à leur inspecteur. Toujours le 26 janvier, 150 enseignants ont publié une lettre ouverte au ministre de l'Éducation nationale dans laquelle ils affirment que le dispositif de l'aide personnalisée est « totalement illégitime, inefficace sur le plan pédagogique et désastreux pour l'avenir de l'école ». En conséquence de quoi, ils défient le ministre en ces termes : « En conscience, nous refusons d'obéir ! En conscience, tant que ce décret ne sera pas abrogé, nous y désobéirons. » Par ailleurs, plusieurs inspecteurs d'Académie semblent prendre conscience que les prises de sanctions ne pourront pas casser la dynamique du mouvement et commencent à comprendre qu'ils n'ont d'autre choix que d'entreprendre une concertation avec les enseignants.

Sans vouloir préjuger de l'issue de ce mouvement, il faudra bien que les pouvoirs publics imaginent une réponse qui satisfasse les exigences des désobéisseurs.

                                            Le 26 janvier 2009



26/04/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1565 autres membres