20 décembre : Rétablissement des sanctions contre Bastien Cazals

Nos explications pour comprendre l'affaire.

Nouveau coup de théâtre dans l'affaire Bastien Cazals !

Le 20 décembre, le Recteur de l'académie de Montpellier a annoncé dans un communiqué de presse que les sanctions contre Bastien Cazals, qui avaient été levées la veille, étaient rétablies ; dans cette déclaration, il prétend également que Bastien Cazals s'était engagé auprès de lui à faire la totalité de son service, tout particulièrement à mettre en place les 2 heures d'aide personnalisée en ne prenant que les élèves en difficulté :

« Christian Nique, Recteur de l'académie de Montpellier, s'étonne des propos de Monsieur Cazals rapportés par l'AFP. Il précise que Monsieur Cazals s'est expressément et formellement engagé auprès de l'autorité académique à accomplir désormais l'intégralité de son service, conformément à ses obligations de fonctionnaire de l'Etat et notamment à mettre en œuvre l'aide personnalisée de deux heures dédiées aux élèves rencontrant des difficultés.
Le Recteur réaffirme donc que les retenues sur traitement qui résultent de l'absence de service fait liées au refus de mettre en œuvre l'aide personnalisée aux enfants en difficulté scolaire seront effectuées. » (communiqué de presse du 20/12/08, en intégralité)

Bastien Cazals aurait renoncé à ses convictions sur l'aide personnalisée en acceptant de la mettre en oeuvre selon les termes du décret ! Sur quelle déclaration ou quel écrit le Recteur s'appuie-t-il pour être aussi affirmatif ? Mauvaise foi ? Manipulation ? Le doute s'insinue quant aux véritables intentions du Recteur...

Il est bon de rappeler les termes de l'engagement pris par Bastien Cazals après l'annonce de la levée des sanctions le 19 décembre :

« A partir de la rentrée de janvier 2009, Bastien CAZALS adoptera la même position que ses collègues, à savoir qu'il accueillera tous les élèves dont les parents le souhaitent, sur le temps dévolu à l'aide personnalisée, pour mettre en place des activités complémentaires du travail effectué en classe. » (pour l'intégralité du communiqué du 19/12/08, voir //uneecolepourvictorethugo.hautetfort.com/

Bastien Cazals n'a jamais dit, ni écrit qu'il appliquerait le dispositif de l'aide personnalisée tel que le décret le précise mais au contraire qu'il s'inscrivait dans la dynamique du mouvement des 384 désobéisseurs qui ont pris l'option dans l'Hérault de prendre tous les élèves, et non pas quelques-uns, dans le cadre de ce dispositif aujourd'hui très contesté par la profession, notamment parce qu'il sert au ministre de justification à la suppression des Rased.

Suite à la déclaration du Recteur, le 20 décembre 2008, Bastien Cazals précise :

« Ayant pris connaissance, par voie de presse, du communiqué de monsieur le Recteur de l'Académie de Montpellier et des propos de monsieur l'Inspecteur d'Académie de l'Hérault, Bastien Cazals réaffirme son engagement d'accueillir des élèves sur le temps dévolu à l'aide personnalisé à partir de janvier 2009, et précise que cela sera fait dans le cadre du dispositif déjà validé par l'Inspectrice de l'Education Nationale de la circonscription de Gignac, conformément à ses obligations de service.

En rejoignant ainsi la position commune aux "désobéisseurs" Bastien Cazals souhaite concilier ses obligations de service et la nécessaire poursuite d'une opposition active aux transformations actuelles de l'école publique. » (communiqué mis en ligne sur le blog le 20/12/08, en intégralité)

La réponse est limpide et permet de vérifier la cohérence de la démarche de Bastien Cazals, qui n'a jamais failli à ses convictions, malgré les pressions et les sanctions de sa hiérarchie. S'il ne prend pas la peine de démentir les propos du Recteur, c'est qu'il ne souhaite pas ajouter de commentaires sur ce surprenant volte-face basé sur de simples déclarations. Dans l'Education Nationale comme ailleurs, seuls les faits comptent et il est totalement ahurissant de voir des sanctions rétablies sur la base de déclarations rapportées dans une dépêche de l'AFP.

Dans cette affaire, le Rectorat et l'Inspection Académique ne sont pas une contradiction près. Il semble que l'ampleur du mouvement de désobéissance dans le département les dépasse largement au point de commettre erreur sur erreur à propos de Bastien Cazals.




21/12/2008
10 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1566 autres membres